Diagnostiquer le cancer du colon

Les différents signes permettant de faire un diagnostic du cancer du côlon ?

Il existe de nombreux symptômes souvent banals qui peuvent être des signaux avant coureurs de cette maladie.

Il s’agit notamment de sensations de ballonnement abdominal, de pesanteur, de flatulence, des traces de sang noir dans les selles, d’une alternance de constipation et de diarrhée, d’une anémie hypochrome qui traduit un saignement occulte, des émissions de mucus ou de sang rouge après ou pendant les selles, d’une altération de l’état général du patient se manifestant par une petite fièvre, un amaigrissement, un manque d’appétit pour les viandes principalement ou encore une fatigue chronique.

 

A cela, il est possible d’ajouter des douleurs intestinales irrégulières donc intermittentes se traduisant par un ballonnement dont la durée peut aller de 1 à 2 jours. De telles douleurs sont le plus souvent accompagnées d’une débâcle diarrhéique fétide.

 

La procédure pour diagnostiquer un cancer du côlon

De nombreux tests permettent de faire un diagnostic du cancer du côlon. On peut citer notamment de la recherche de sang occulte dans les selles du sujet. La vocation première de cet examen est la détection de la présence de selles dans le sang du sujet.

Dans la pratique, la personne concernée recueille au moins échantillons différents de selles à la maison pour les analyses. Il y a également la coloscopie qui permet de diagnostiquer un cancer du côlon.

C’est une méthode consistant en un examen méticuleux de la paroi du côlon sur toute sa longueur. Pour ce faire, le médecin va introduire dans le rectum du patient un tube souple équipé de lumière.

Il y a en outre la sigmoidoscopie qui est une technique permettant l’examen de la partie inférieure du côlon et du rectum. L’objectif de ce test est de permettre au médecin de retirer les excroissances de ces deux organes. Enfin, citons le toucher rectal et le lavement baryté en double contraste